En France le gouvernement refuse de publier un rapport annuel concernant les violences policières
L’absence de publication de chiffres par l’Etat, sur les violences policières, entretient l’impunité policière et revient à nier la réalité. Au Royaume Uni cela fait depuis 2004 qu’un organisme indépendant comptabilise le nombre de victimes: « Independent Police Complaints Commission »
Nous savons combien de personnes meurent de la grippe. Par les violences policières ? on ne sait pas.
#P2P

J’apporte tout mon soutien à Théo et sa famille !

Sans oublier tous les jeunes qui subissent des violences policières quotidiennes qu’elles soient physiques ou psychologiques !

Le jeune Théo a tenté de défendre un jeune de son quartier qui a reçu une gifle de la part de ces policiers.

Les expertises médicales ont confirmé des lésions importantes correspondant à l’introduction d’un objet ayant causé une fissure longitudinale du canal anal, profonde de 10 cm, ainsi qu’une section du muscle sphinctérien. La victime, hospitalisée, s’est vu prescrire 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT).

Le maire de la ville, Bruno Beschizza, a dénoncé des faits « très graves ».

« Je tiens à apporter tout mon soutien à ce jeune homme, qui est encore au moment où je vous parle à l’hôpital, ainsi qu’à sa famille »

Suite à l’affaire Théo on ne peut sempecher de repenser à Adama Traoré, Remi Fraisse, Zyed, Bouna,… RIP
Mais aussi à ceux qui sont toujours en vie et vivent avec la peur au ventre

 

Le lycéen frappé par un policier en marge d’une manifestation contre le projet de loi Travail témoigne. « On m’a frappé pour rien du tout », déplore-t-il.

L'image d'un policier frappant le lycéen jeudi.

 

Un « sentiment d’injustice » : voilà ce que le lycéen ressent après les faits. Le jeune homme a évoqué les événements qui ont émaillé le blocus du lycée Henri Bergson dans le 19e arrondissement de Paris. « On a jeté des œufs, un policier s’en est pris un dans la tête. Ils ont commencé à nous courir après », raconte-t-il. « C’était très violent »

Comme on le voit dans la vidéo, » il m’a mis un poing. » Ensuite, il m’a dit : « C’est pas fini, tu verras au commissariat », poursuit le jeune homme. « C’était très violent, je l’ai senti passer », conclut-il. « On m’a frappé pour rien du tout ».

 #P2P
Dormez petits volcans
Publicités